Christian Felber intervient lors d'une conférence organisée par le CAFA-RSO

Strasbourg, le 20.3.2019

Christian Felber est professeur d'université, auteur d’une quinzaine de livres et danseur, et il peut arriver qu'il fasse le poirier pendant une conférence !

C’était également le cas mercredi 20.lmars 2019, lorsqu'il a parlé de sa théorie et de sa pratique de «l’économie pour le bien commun» en tant qu'invité du Club d'affaires franco-allemand du Rhin-supérieur-Oberrhein (CAFA-RSO) au Palais Schutzenberger à Strasbourg.

Alors que dans les rues de toute l'Europe les étudiants manifestent pour la protection du climat et pendant qu’en France les gilets jaunes protestent contre le gouvernement, il devient clair pour de plus en plus de gens que nous ne pouvons pas continuer à fonctionner avec le système économique actuel. 

Pour cette raison, plus de 100 invités ont suivi la Conférence de Christian Felber, au cours de laquelle il a présenté son parcours à travers la linguistique, la philosophie et l'économie. 

Pour lui, « l’économie» est au sens littéral, étymologique, l’étude du bien commun.  Ce que nous appelons de nos jours «économie» est en fait une perversion de cette approche qui fait de l'argent le but de tous les efforts, alors qu’il ne devrait être que le moyen au service du bien commun, comme le définissait déjà Aristote. 

Christian Felber réclame des soutiens et des incitations en faveur des entreprises désireuses de poursuivre ce sens original de «l'économie», dans le but de produire un « bilan du bien commun » en lieu et place du bilan financier de l’entreprise. Ceci est destiné à documenter les résultats durables d'une entreprise dans les domaines de l'écologie et de l'interaction sociale. Ce n'est que lorsque la manière d’évaluer l'activité économique des entreprises sera ainsi modifiée que les besoins fondamentaux de l'homme (bonheur, cohésion et  paix) pourront être assurés dans un environnement préservé. 

Située à égale distance des systèmes antagonistes du capitalisme et du communisme, l’ "économie pour le bien commun" va au-delà de "l'économie sociale de marché" d'un Ludwig Erhard, mais ne va pas jusqu’à la vision égalitariste fondée sur des corporations de Friedrich Wilhelm Raiffeisen ou Hermann Schulze-Delitzsch. 

Christian Felber remet en question la courbe habituelle de répartition des revenus. Il veut éviter les extrêmes et s'appuie sur le bon sens. En pleine conférence, il a proposé aux participants de voter quel multiple du salaire minimum est considéré comme une limite supérieure légitime des revenus d’une personne. Il en est ressorti que les personnes présents ont voté dans le même sens que  les enquêtes représentatives dans de nombreuses grandes nations industrialisées: les gains maximums devraient être d'environ 10 à 20 fois le salaire minimum. Tout ce qui dépasse est généralement perçus comme contraire à l'éthique, mais un ratio plus faible serait aussi perçu comme injuste. 

Après la Conférence de Christian Felber, des représentants de la Fondation Samariter - Stiftung, de la Fondation Meiko et de la Caisse d'Epargne ont expliqué les différentes approches qu'ils poursuivent depuis longtemps afin de renforcer le bien commun. La Samariter-Stiftung est l'une des 500 entreprises qui, selon les spécifications de Christian Felber, préparent des bilans du bien commun formalisés.  Depuis près de 50 ans, Meiko , en tant que Fondation familiale, a renoncé à la distribution des profits pour les réinvestir au profit du personnel. La Caisse d'Epargne d’Alsace voit sa mission dans le soutien aux groupes sociaux défavorisés et la promotion de la culture régionale. 

Lors de la discussion animée qui s’en est suivie et lors du cocktail proposé par le CAFA RSO, de nombreux participants se sont montrés enthousiastes au sujet des perspectives offertes par l’économie pour le bien commun et il y aura probablement bientôt des entreprises française pionnières dans cette approche. Le premier groupe régional d’entreprises engagées dans cette direction a vu le jour à Strasbourg. 

C'est ainsi que l'économie commence à être remise dans le bon sens, comme le symbolisait le poirier impeccable réalisé par Christian Felber au cours de sa démonstration.

www.cafa-rso.eu 

www.ecogood.org

FOTOS: © Patrick Flick

Connexion

Rechercher

Newsletter